lundi 18 novembre 2019

Comment la rougeole rend plus vulnérable à d'autres virus en effaçant la mémoire immunitaire

La rougeole décime les cellules de la mémoire immunitaire

La plupart des décès imputables au virus de la rougeole sont causés par des infections secondaires, car le virus infecte et dégrade le  fonctionnement les cellules immunitaires. On ignorai jusqu'à présent si l'infection par la rougeole endommageait durablement la mémoire immunitaire. Cette question est devenue de plus en plus importante compte tenu de la recrudescence des épidémies de rougeole dans le monde. Mina et al. (2019) publié dans la revue Science ont utilisé un test sanguin appelé VirScan, ont analysé de manière exhaustive le répertoire des anticorps chez les enfants avant et après une infection naturelle par le virus de la rougeole, ainsi que chez les enfants avant et après vaccination contre la rougeole. Ils ont découvert que l'infection par la rougeole peut considérablement diminuer les lymphocytes B qui constituent la mémoire immunitaire acquise précédemment.  une infection par la rougeole augmente ainsi le risque d'être infecté par d'autres agents pathogènes contre lesquels on était protégé. Ces effets indésirables sur le système immunitaire n'ont pas été observés chez les enfants vaccinés.
encourage le lecteur à aller approfondir dans l'article d'origine : ici

Embedded Image
Fig 1: Le virus de la rougeole (bleu) attaque les lymphocytes B, qui constituent la mémoire immunitaire  [img]. Source : NIBSC/SCIENCE SOURCE"

L'action de la rougeole sur le système immunitaire

"Le virus de la rougeole est directement responsable de plus de 100 000 décès par an. Des études épidémiologiques ont associé la rougeole à une morbidité et une mortalité accrues pendant des années après l'infection, mais les raisons pour lesquelles elles sont mal comprises. Le virus de la rougeole infecte les cellules immunitaires, provoquant une suppression immunitaire aiguë. " Abstract de Mina, M. J., et al. (2019)

Un test qui révèle la mémoire immunitaire par le répertoire d'anticorps reflétant les pathogènes vaincus

"Pour identifier et quantifier les effets à long terme de la rougeole sur le système immunitaire, nous avons utilisé VirScan, un test qui permet de détecter les anticorps dirigés contre des milliers d'épitopes pathogènes dans le sang (Xu, G. J.,et al., (2015). Nous avons étudié 77 enfants non vaccinés avant et 2 mois après l'infection naturelle par le virus de la rougeole. La rougeole a entraîné l'élimination de 11 à 73% du répertoire d'anticorps chez les individus. La récupération des anticorps a été détectée après une nouvelle exposition naturelle à des agents pathogènes. Ces effets sur le système immunitaire n'ont pas été observés chez les nourrissons vaccinés contre le RRO (rougeole, oreillons et rubéole), mais ont été confirmés chez des macaques infectés par la rougeole. La réduction de la mémoire immunitaire humorale après l'infection rougeoleuse génère une vulnérabilité potentielle aux infections futures, soulignant la nécessité d'une vaccination généralisée." Traduction de Mina, M. J., et al. (2019)
encourage le lecteur à aller vérifier dans l'article d'origine : ici

Les personnes infectées perdent des lymphocytes B produisant des anticorps qui les protégeaient contre des virus rencontrés et vaincus

La figure 2 montre à quel point les anticorps contre divers virus ont diminué après la rougeole : on voit bien la prédominance du bleu dans les colonnes encadrées qui indique une diminution de 10 à 100x après la rougeole.  Les auteurs argumentent le cas plus complexe des enfants vaccinés MMR ici 


Fig 2 : A: Les schémas en fuseau montrent la variation globale des anticorps (épitopes en fait) contre l'ensemble des virus testés. Encadré en bleu : après la rougeole modérée (MV Mild) ou grave (MV Severe). Cntl = témoins, MV neg : personnes n'ayant pas eu la rougeole , MMR vac = personnes vaccinées  
E : variation des anticorps
. Bleu signifie une baisse (échelle logarithmique: -2 signifie 100x moins)    [img]. Source : Mina, M. J., et al. (2019) 

Qu'en faire en classe ?


On peut extraire de ces donnée plusieurs points qui étayent joliment l'explication de l'immunité qu'on peut faire dans les écoles en adaptant évidemment le niveau de formulation au public correspondant .
  • La mémoire immunitaire réside dans la présence de clones de lymphocytes B  produisant un anticorps spécifique contre l'antigène (les épitopes ou déterminant antigénique). Si on élimine ces cellules il n'y a plus de mémoire. Plutôt qu'une explication animiste du genre " le corps se souvient du microbe", cet exemple permet de montrer la force d'une explication biologique ( en termes de molécules et de cellules et de leurs interactions).  Cf. par exemple  Janeway (2001) ici
  • Le fait qu'on puisse mesurer les anticorps présents dans le sang avec VirScan illustre bien comment les (clones de) lymphocytes B mémoire qui produisent durant des années des anticorps sont cette mémoire immunitaire. Leur  présence révèle l'histoire des activations du système immunitaire. Cf. par exemple dans  Janeway (2001) ici
  • Le vaccin sélectionne et active les lymphocytes particuliers qui réagissent contre les antigènes du virus : cf fig. 2  colonne A Colonne "MMR vac ..." le fuseau bleu acier augmente nettement alors qu'il diminue chez ceux qui ont eu la maladie : vaccinés ils sont mieux protégés contre la rougeole.
    • La sélection clonale est bien expliquée dans  Janeway (2001) ici

( Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles).

Références:

  • Janeway, C. A., Travers, P., Walport, M., & Shlomchik, M. (2001). Immunobiology. New York and London: Garland Science. ici
  • Mina, M. J., Kula, T., Leng, Y., Li, M., Vries, R. D. de, Knip, M., … Elledge, S. J. (2019). Measles virus infection diminishes preexisting antibodies that offer protection from other pathogens. Science, 366(6465), 599‑606. https://doi.org/10.1126/science.aay6485
  • Xu, G. J., Kula, T., Xu, Q., Li, M. Z., Vernon, S. D., Ndung'u, T., … Elledge, S. J. (2015). Comprehensive serological profiling of human populations using a synthetic human virome. Science, 348(6239), aaa0698‑aaa0698. https://doi.org/10.1126/science.aaa0698



mercredi 13 novembre 2019

Des amibes pour remplacer les souris de laboratoire ? Quel modèle... ?

Des amibes pour remplacer les souris de laboratoire ?

Réduire le nombre de tests sur des animaux en sélectionnant d'abord les composés anti-infectieux sur des amibes infectées afin de ne conserver que les plus efficaces. Tel est l'objectif de la recherche publiée en 2018 dans la revue Scientific Report (ici)et récompensée cet automne par le prix 3R de l'Université de Genève (UNIGE). Ce prix est attribué depuis 2016 à un chercheur de l'UNIGE pour sa contribution aux 3R. C'est ce qu'indique l'université de Genève dans une nouvelle ici.

Les principes 3R - «réduire», «affiner», «remplacer» - visent à réduire le nombre d'animaux utilisés lors des expériences, à affiner la méthodologie pour minimiser les contraintes qui pèsent sur l'animal tout en améliorant la qualité des résultats obtenus et à: remplacer le modèle animal par des méthodes alternatives dès que possible.
Source "Amoebas to replace laboratory mice"—Communiqués de presse UNIGE ici.

Une Amibe est-elle un bon modèle pour la tuberculose humaine ou chez la souris ?

Cet exemple met bien  en évidence pour nos élèves la très grande similitude des fonctionnements cellulaires, malgré les apparences,  entre les amibes et la souris puis l'homme, et peut contribuer à des discussions sur l'unicité et la diversité du vivant ( cf. Bio-Tremplins ici).

La classification des Amibes et leur proximité par rapport autres groupes et notamment au notre prend aussi ici un sens intéressant.
Cf. cet arbre de la vie développé à la faculté des science de l'UniGE. pdf

La notion de modèle animal ou expérimental peut être joliment discutée. Cf
Le contexte ?
Évidemment cette nouvelle de l'UniGE s'inscrit dans le contexte des votations prochaines, où les questions d'élèves pourraient être nombreuses et cet éclairage d'un chercheur peut intéresser des enseignants désireux d'avoir un large éventail de perspectives.

une image vaut mille            mots ... mais peut être interprétée de mille manières
Fig 1: Photographie au microscope électronique d'une amibe infectée par des mycobactéries (colorée en bleu pour faciliter la visualisation). [img]. Source :© UNIGE

3R - «réduire», «affiner», «remplacer» -> réduire le nombre d'animaux utilisés lors des expériences

L'université de Genève décrit l'article qui a obtenu ce prix (traduit source : ici )
"En développant une technique permettant de tester des composés anti-infectieux sur des amibes infectées afin de ne retenir que les plus efficaces, le groupe de Thierry Soldati, professeur associé au département de biochimie de la faculté des sciences de l'UNIGE, permet de réduire le nombre de tests qu'il faudra ensuite effectuer sur la souris. Leurs recherches répondent aux critères de la politique des 3R «qui s'est imposé comme la norme éthique internationale en matière d'expérimentation animale», explique Marjolaine Philit, directrice de l'expérimentation animale à l'UNIGE.

La première ligne de défense de notre système immunitaire est constituée de cellules macrophages, une variété de globules blancs, capables de faire la distinction entre ce qui appartient à l'organisme et ce qui est étranger pour l'éliminer. Mais dans le cas d'une infection comme la tuberculose, ces macrophages ne peuvent pas terminer leur travail et éliminer la bactérie. Nous devons donc les aider en utilisant des antibiotiques. La pharmacopée mondiale d'antibiotiques contre le bacille de la tuberculose est de plus en plus contrariée par l'apparition de bactéries résistantes. La réponse réside donc dans le développement de nouveaux composés chimiques, synthétiques ou naturels. Pour sélectionner les antibiotiques, l'industrie pharmaceutique teste leur efficacité directement sur la bactérie de la tuberculose, mais la grande majorité de ces composés échouent lorsque la recherche se poursuit sur des cellules ou des animaux infectés, car la bactérie ne se comporte pas de la même manière.

Le défi consiste donc à éliminer le plus rapidement possible les composés qui ne guérissent pas l'infection chez les animaux. À cet effet, le groupe Thierry Soldati a mis en place un système de sélection des composés qui agit en tant que filtre et prédit de manière fiable quels composés seront les plus efficaces. meilleurs anti-infectieux. «Nous avons utilisé un échantillon de 180 composés fournis par GlaxoSmithKline, tous efficaces contre les bactéries responsables de la tuberculose», déclare Thierry Soldati. Mais au lieu de les utiliser sur les bactéries, l'équipe de recherche a utilisé des amibes, des êtres unicellulaires de sols forestiers qui se comportent de manière comparable à nos macrophages. Les macrophages utilisent les mêmes «outils» que les amibes pour identifier et tuer une bactérie. Tous deux peuvent être infectés par la bactérie de la tuberculose, d'où la pertinence de ce système modèle. «L'utilisation d'une amibe infectée est une technique simple utilisée par les chercheurs depuis environ 15 ans. Nos dernières publications montrent qu'elles peuvent être utilisées pour sélectionner des produits chimiques anti-infectieux », explique-t-il. Il s'agit donc d'un modèle performant, et c'est ce que réaffirme le prix 3R.

«Nous avons pu montrer que seuls 5% des composés chimiques efficaces contre les bactéries continuaient à donner des résultats sur les amibes infectées et restaient éligibles pour la phase suivante, à savoir des essais sur des animaux infectés. Grâce à cette sélection beaucoup plus fine de nouveaux composés, l'équipe de Thierry Soldati est en mesure de réduire d'un facteur 10 à 100 le nombre d'individus requis lors du passage à l'expérimentation animale. Sans cette recherche, des centaines de composés seraient testés sur des souris qui auraient eu peu de chance d'être efficaces.

«Nos recherches se concentrent maintenant sur la sélection de composés naturels que l'on trouve souvent dans les plantes médicinales utilisées dans les médecines traditionnelles, en Afrique ou ailleurs. Nous pouvons ainsi combiner les techniques 3R avec l'utilisation du modèle amibe, les sciences pharmaceutiques pour isoler les composés à tester et les connaissances ancestrales pour développer de nouvelles classes de composés anti-infectieux! » Conclut Thierry Soldati.
(Notre Traduction. encourage le lecteur à aller vérifier dans l'article d'origine :  ici

vendredi 8 novembre 2019

La médecine de précision… pour comprendre, pour enseigner !

Alors que chaque discipline scolaire doit développer l'"approche transdisciplinaire de la culture numérique ", des approches transdisciplinaires ont permis de magnifiques progrès en médecine, notamment contre le cancer.  Elles permettent stratégie thérapeutique adaptée à l'histoire et aux données génétiques de chaque patient. On parlait récemment de medcine personnalisée.  Ce que cela signifie exactement n'est probablement pas très clair pour beaucoup...

Or le SIB (Institut Suisse de Bioinformatique) (avec qui nous avons collaboré pour développer des formations continues sur la bioinformatique depuis 2004) vient de mettre en ligne le site Precisionmed.ch1. Ce site fournira de précieuses informations aux enseignants et aux élèves pour mieux comprendre cette évolution récente qui s'appuie sur la bioinformatique, mais aussi la dimension humaine des médecins et d'autres compétences réunies dans des équipes appelées Tumor Board Moléculaire.

Les auteurs de ce projet ont sélectionné pour un très bon review :

The lineage              of mitotic cell divisions from the fertilized egg to a              single cell within a cancer showing the timing of the              somatic mutations acquired by the cancer cell and the              processes that contribute to them
Fig 1:Les divisions cellulaires mitotiques de l'œuf fécondé à une cellule dans un cancer, indiquant le timing des mutations somatiques acquises par la cellule cancéreuse et les processus qui y contribuent [img]. Source : Stratton, M. R., Campbell, P. J., & Futreal, P. A. (2009)

1 . en collaboration avec l'Université de Lausanne et le CHUV – dans le cadre de l'initiative SantePerso (www.santeperso.ch).


La médecine de précision

Un nouveau site web pour comprendre la médecine de précision : www.PrecisionMed.ch
Ce site est accessible depuis www.chromosomewalk.ch et est disponible en FR et EN.
Pourquoi un tel site ? La médecine dite de précision s'appuie sur les nouvelles technologies pour identifier une stratégie thérapeutique adaptée à l'histoire et aux données génétiques de chaque patient. En oncologie, la médecine de précision est déjà une réalité.


 Cette 'nouvelle' médecine soulève de nombreuses questions : Comment le patient est-il pris en charge? Quelles sont les approches? Quel est le rôle de la bioinformatique? Quels sont les défis? Quels sont les enjeux et quelles sont les limites?
Le site PrecisionMed.ch propose un résumé des concepts biologiques en un dessin, un glossaire, des dossiers pour comprendre l'importance des protéines lorsque tout va bien ou lors d'une maladie comme le cancer (C'est quoi une protéine? C'est quoi une mutation?), deux exemples concrets de traitement ciblé (Un exemple de chimiothérapie ciblée Un exemple d'immunothérapie ciblée), des dossiers pour comprendre le rôle incontournable de la bioinformatique face à la quantité et à la complexité croissantes des données biomédicales générées par les nouvelles technologies (C'est quoi un profil génétique?) et/ou le rôle des outils de prédiction lorsqu'aucune information n'est disponible sur l'impact d'une mutation, aussi bien en recherche qu'en clinique (C'est quoi la modélisation moléculaire?).

Et finalement, des vidéos avec des interviews de patients et des différents experts du Tumor Board Moléculaire (TBM) du réseau romand d'oncologie : biologistes, médecins, bioinformaticiens, … (En images).  Le TBM utilise justement ces nouvelles technologies pour proposer une stratégie thérapeutique 'sur mesure' aux patients : il suit plusieurs centaines de patients chaque année depuis 2016.

A vous de jouer! Un atelier pour découvrir pas à pas les différentes étapes des analyses effectuées (du séquençage de l'ADN à l'interprétation des résultats) est à votre disposition: http://education.expasy.org/bioinformatique/pdfs/A_vous_de_jouer.pdf
La revue 'The cancer genome' publiée en 2009 dans Nature est un bon complément au site.
Le site Precisionmed.ch a été développé par le SIB Institut Suisse de Bioinformatique (Qui  sommes-nous?) en collaboration avec l'Université de Lausanne et le CHUV – dans le cadre de l'initiative SantePerso (www.santeperso.ch).
Lire le communiqué de presse (FR, EN)
-->
(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles).

Références:


lundi 21 octobre 2019

Concours Science et Jeunesse : approfondir un TM ...délai proche ! Perfectionnisme et apprentissage

Les écoles ont en général reçu cette documentation par courrier, mais à l'approche de la reddition des TM, on peut entrevoir ceux qui ont le potentiel d'approfondir leur sujet dans un contexte stimulant avec d'autres jeunes.
Schweizer Jugend forschtScience et Jeunesse est un organisme qui a pu stimuler de très nombreux jeunes. Ils mentionnent souvent le contexte social, les rencontres avec d'autres jeunes passionnés et des chercheurs, et que cela les a stimulés pour aller plus loin et poursuivre la réflexion de leur TM.
Il est grand temps de poser la question à vos élèves qui font un TM prometteur car le délai est très proche : le 30 oct !

   
La qualité de l'encadrement, notamment le degré d'exigence ne sont efficaces pour les perfectionnistes que s'ils se sentent dans un environnement suffisamment guidant et rassurant Nguyen, T. T., & Deci, E. L. (2016) Cet article suggère que  les élèves qui ont de très haute exigences apprennent bien mieux si ils se sentent moins angoissés "controlled motivational regulation". Voir plus bas pour un  commentaire.  
encourage le lecteur à aller vérifier dans l'article d'origine :  ici

Concours national 2020

Date limite: 31.10.2019, 23:59
Schweizer Jugend forscht
Le Concours national de Science et jeunesse t'offre la possibilité d'approfondir ton sujet préféré et de l'étudier d'un point de vue scientifique.
Envoie-nous ton travail de recherche et mesure-toi à des jeunes de toute la Suisse!
Déroulement et dates importantes
15 octobre 2019: s'enregistrer sur la plateforme  ( tolérance pour s'adapter aux dates des TM ... )
31 octobre 2019: Date limite pour la remise des travaux
25 janvier 2020: Workshop de présélection | Lausanne
du 23 au 25 avril 2020: Concours national à la Haute école spécialisée bernoise de Bienne.
Contact
Jérémie Aebischer
Responsable du projet Concours national
jeremie.aebischer@sjf.ch
077 474 58 09 

Le perfectionnisme : favorable pour apprendre ?  

Nguyen, T. T., & Deci, E. L. (2016) cherchent a savoir quand le perfectionnisme est favorable aux apprentissage ( When individuals set high standards for themselves, they tended to endorse mastery goals instead of performance goals, show greater self-determined motivation for school, achieve higher grades, cheat and procrastinate less, and show lower academic burnout) ou quand il angoisse inefficacement (other studies also reported that setting high standards showed positive zero-order correlations with stress, anxiety, self-blame, and extrinsic motivation for school, such as studying to earn high grades and social approval)
ils ont donc cherché à " to clarify when setting high standards would likely be adaptive and when it might turn awry, "
Une variable cruciale qui les a intéressé est "controlled motivational regulation"  ~ crainte de l'échec, des punitions, de l'angoisse recherche de récompenses (Numerous studies over the past 30 years have shown that controlled motivational regulation—that is, behaving primarily to earn rewards, to compensate for damaged self-esteem, or to avoid punishment, guilt, or anxiety—has been associated with ill-being variables, particularly those in academic and goal striving domain, such as test anxiety, poor learning quality, and academic dissatisfaction at both personality orientation and state levels of analysis)


Ainsi les exigences élevées ne sont pas automatiquement bien pour les perfectionnistes
"Therefore, the topic of whether PSP constitutes the adaptive aspect of perfectionism has remained highly debatable."
Our findings suggest that coaches, teachers, or counselors who work with high-standard perfectionists might usefully pay attention to how those perfectionists regulate behaviors intended to meet personal standards. For example, by providing more autonomy-support in any of those settings the authorities could decrease controlled motivation as they increase autonomous motivation. Counseling approaches such as motivational interviewing or mindfulness training can also be used to help perfectionists become less controlled in attempting to attain their standards. Indeed, SDT research has shown that both of these approaches allow individuals to identify and be aware of different controls that might be present in their lives so as to regulate their behaviors more autonomously (cf., Niemiec et al., 2010; Ryan & Deci, 2008; Schultz, Ryan, Niemiec, Legate, & Williams, 2014). When high-standard perfectionists are aware of the reasons why they are pursuing their personal standards and able to confront different forces that control the behaviors around those standards, they will begin to internalize the values of those behaviors so that they can experience greater choice and autonomy in their pursuits (Ryan & Deci, 2008).

Cet article suggère que  les élèves qui ont de très haute exigences apprennent bien mieux si ils se sentent moins angoissés "controlled motivational regulation" (je traduis du coté pédagogique  : se sentent dans un environnement suffisamment guidant et rassurant ) ils apprennent mieux.
Et que du coté personnel et psychologique s'ils comprennent les forces qui les poussent ils pourront se sentir plus autonomes et mieux vivre leurs apprentissages (When high-standard perfectionists are aware of the reasons why they are pursuing their personal standards and able to confront different forces that control the behaviors around those standards, they will begin to internalize the values of those behaviors so that they can experience greater choice and autonomy in their pursuits)

Abstract
This study explored a motivational approach to examining individuals'' perfectionistic strivings, using Self-Determination Theory as the theoretical foundation. Data were collected from 384 undergraduate students. Hierarchical multilevel models were performed to examine whether the association between the tendency to set high personal standards and learning outcomes would be moderated by people''s type of motivational regulation. The results indicated that the striving for high standards was associated with less adaptive learning experiences when students experienced controlled regulation around their behaviors. We measured controlled regulation both as a personality orientation, and as students'' reasons for participating in each of their classes. We found convergent evidence at both the between-person and the within-person, between-class levels that when students reported low controlled regulation, those who tended to set high standards for themselves reported less anxiety and difficulty in their learning, and more learning progress in their classes than the students who set low standards.

(Les membres peuvent obtenir ces articles).

Références:

  • Nguyen, T. T., & Deci, E. L. (2016). Can it be good to set the bar high? The role of motivational regulation in moderating the link from high standards to academic well-being. Learning and Individual Differences. http://doi.org/10.1016/j.lindif.2015.12.020

lundi 14 octobre 2019

Prix Nobel Exoplanètes : comment ont-il pu observer une planète - si peu lumineuse !?


Jump-To-Science cherche en général plutôt à présenter avec un peu de recul des recherches pertinentes pour l'enseignement. Mais - au delà des réjouissances et des félicitations justifiées - le prix Nobel de physique attribué à deux chercheurs de l'UNIGE pourrait susciter des questions d'élèves, notamment sur les méthodes pour détecter des (exo)planètes qui sont beaucoup moins lumineuses que les étoiles.
Le site NobelPrize.org a préparé des explications et des schémas; que vous propose plus bas, Ainsi que l'article d'origine et un review récent. 



Le prix nobel de Physique vient d'être attribué : "for contributions to our understanding of the evolution of the universe and Earth's place in the cosmos"

  • Une moitié à James Peebles, Princeton University, USA  "for theoretical discoveries in physical cosmology"
  • Et l'autre moitié à  Michel Mayor, University of Geneva, Switzerland and Didier Queloz, University of Geneva, Switzerland and University of Cambridge, UK "for the discovery of an exoplanet orbiting a solar-type star"

Michel Mayor et Didier Queloz lauréats du Prix Nobel de physique

une image vaut mille mots ...            mais peut être interprétée de mille manières
Fig 1: Michel Mayor et Didier Queloz lauréats du Prix Nobel de physique [img]. Source : UniGE
encourage le lecteur à savourer l'article d'origine :  ici


L'UniGE fête ses Nobels :

"Le 6 octobre 1995, Michel Mayor, professeur à l'Observatoire de la Faculté des sciences de l'Université de Genève, et son doctorant Didier Queloz révolutionnaient le monde de l'astrophysique en annonçant la découverte de la première planète située en-dehors de notre système solaire. Nommée 51 Pegasi b, cette toute première exoplanète fait l'effet d'une bombe dans le milieu des astrophysiciens. Depuis lors, les recherches n'ont cessé de se développer et l'on recense aujourd'hui quelque 4'000 exoplanètes.
Leur travaux sont aujourd'hui récompensés par un Prix Nobel de physique. Ils partagent cette extraordinaire distinction avec James Peebles, professeur émérite à l'Université de Princeton aux Etats-Unis.
«C'est une fantastique reconnaissance du travail accompli par Michel Mayor et Didier Queloz ; elle témoigne de la qualité de leur démarche scientifique, de leur rigueur mais aussi d'une créativité et d'une capacité à penser – et chercher – hors des chemins balisés qui est à la source des plus grandes découvertes. C'est une nouvelle formidable également pour notre Université, pour Genève et pour toute la Suisse, qui voit la qualité de sa recherche récompensée au plus haut niveau», se félicite Yves Flückiger, recteur de l'UNIGE." 
Source :Unige. Voir la suite ici

Conférence de Michel Mayor et Didier Queloz à l'occasion des 20 ans de leur découverte

Voir la vidéo ici




Ces deux chercheurs ont publié un excellent review :

Pour comprendre comment ils ont procédé :

Le site Nobelprize.org fournit des illustrations du principe des méthodes employées par les chercheurs. Mayor, M., & Queloz, D. (1995) disent "The presence of a Jupiter-mass companion to the star 51 Pegasi is inferred from observations of periodic variations in the star's radial velocity."



Figures 2 et 3 : Les deux méthodes pour détecter une exoplanète  ici ©Johan Jarnestad/The Royal Swedish Academy of Sciences
encourage le lecteur à aller vérifier dans le site d'origine (nobelprize.org) :   ici



Références:



jeudi 10 octobre 2019

Le monde ne s'est jamais aussi bien porté / résilience et émotions/ construire une opinion : Emotions et raison


A) Se focaliser sur les problèmes ou les solutions… Steven Pinker s'élève contre le déclinisme !

Le meilleur moyen d'encourager la protection de la nature n'est pas d'allonger la liste des drames et catastrophes écologiques en cours ou à venir mais de partager les "success stories".  Nancy Knowlton dans Nature ici montre que c'est plus efficace pour protéger les écosystèmes de mettre en évidence les interventions réussies, les cas où la protection a été efficace.
Cf.
Non,...le catastrophisme ne sauvera pas la planète Partager les optimismes plutôt que les nouvelles déprimantes sur l'environnement est plus efficace …


Steven Pinker s'élève contre le déclinisme : les nouvelles sinistres que les médias relayent (on sait qu'elles font plus d'audience que les bonnes…) et affirme que  "Le monde ne s'est jamais aussi bien porté". Il va a l'encontre des idées reçues mais argumente très solidement !
Vous êtes sceptiques ?
encourage le lecteur à aller vérifier en assistant à la conférence  de  Steven Pinker lundi 14 oct. à l'UniGE. : voir plus bas pour l'annonce complète.


B) Emotions, bonheur, résilience …?

Une spécialiste des émotions, Dr Emilie Qiao-Tasserit évoquera lors d'une conférence publique de Neurosciencesce ce que dit la science sur les émotions, l'optimisme, la résilience, le plaisir, le bonheur,  samedi 2 novembre à 17h  au Théâtre Forum Meyrin,  Détails plus bas



C) Une formation continue pour articuler émotion et raison dans la construction d'opinions en sciences.

Dr Emilie Qiao-Tasserit coanime une formation continue PO-423, 5 fév. 2020

Neurosciences, empathie, émotions : quelles implications dans nos cours et débats ?
Détails et inscription ici
 Connaitre les possibilités et limites des principales méthodes de neuro-imagerie.
 Connaitre plusieurs expériences montrant les interactions entre émotion, douleur, formes d'empathie, perception des autres, impulsivité, vengeance.
 Se faire une opinion si et où inclure ces savoirs dans ses enseignement en fonction du publics et des programmes. Se faire une opinion sur les implications dans la manière de gérer les débats, les risques de manipulation involontaire ou volontaires.
 Visite d'un appareil IRM. Les principales méthodes de neuro-imagerie IRM, IRMf, Rt FMRI
 - L'émotion et la perception d'autrui
 - Les réseaux cérébraux de l'empathie, et lien avec douleur et perception d'autrui
 - Les zones cérébrales impliquées et les interactions entre émotion, impulsivité, vengeance
 - Insertions possibles dans les programmes
 - Implication dans les débats, les risques de manipulation involontaire des opinions des élèves 



Le monde ne s'est jamais aussi bien porté

Event_1140x350-Latsis-2019.jpg
CONFERENCE
«Pourquoi notre monde se porte mieux»
par Steven Pinker
Lundi 14 octobre 2019 à 18h
à Uni Dufour, auditoire Piaget (salle U600) 24, rue Général Dufour 1204 Genève
Conférence en anglais avec interprétation simultanée en français

En lisant les gros titres, le monde du 21e siècle semble sombrer dans le chaos, la haine et l'irrationnel. Mais ce n'est qu'une illusion! Lorsque l'on étudie les chiffres, on observe que l'espérance de vie s'est allongée et que nous menons une existence plus saine, plus sûre, plus aisée, plus heureuse et plus paisible que jamais – et ce, non seulement en Occident, mais dans le monde entier. Ces progrès ne sont pas le fruit du hasard. Ils résultent de valeurs qui nous ont été transmises par les Lumières: la raison, la science et l'humanisme. Ces idéaux nous poussent à utiliser nos facultés de raisonnement et de compassion pour résoudre les problèmes qui surviennent inévitablement dans un univers indifférent à l'homme.

Les défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui sont majeurs, à l'image des changements climatiques ou des armes nucléaires, mais la fatalité ou la nostalgie ne permettront pas de les relever. Nous devons considérer ces défis comme des problèmes à résoudre. Nous n'aurons jamais un monde parfait, mais nous pouvons continuer à faire de ce monde un monde meilleur.

Conférence en anglais avec interprétation simultanée en français
BIOGRAPHIE
Steven Pinker est un psychologue expérimental qui mène des recherches en cognition visuelle, en psycholinguistique et en relations sociales. Actuellement professeur de psychologie à l'Université de Harvard, il a également enseigné à Stanford et au MIT. Réputé pour sa capacité de vulgarisation, il a remporté de nombreux prix pour ses recherches, son enseignement et ses neuf livres, dont The Language Instinct, How the Mind Works, The Blank Slate, The Better Angels of Our Nature, The Sense of Style et son dernier ouvrage Enlightenment Now: The Case for Reason, Science, Humanism, and Progress (2018). Il est également membre élu de l'Académie nationale des sciences, deux fois finaliste du Prix Pulitzer, humaniste de l'année, récipiendaire de neuf doctorats honorifiques, l'un des "100 plus grands intellectuels publics du monde" en politique étrangère et l'une des "100 personnes les plus influentes du monde actuel" du magazine Time



Les émotions, l'optimisme, la résilience, le plaisir, le bonheur, ...

Le samedi 2 novembre à 17h, Dr Emilie Qiao-Tasserit donnera une conférence publique de Neurosciences au Théâtre Forum Meyrin,
Elle évoquera notamment ce que dit la science sur les émotions, l'optimisme, la résilience, le plaisir, le bonheur, etc.

Le théâtre des émotions
Idéal, engagement, déception

Avec Émilie Qiao-Tasserit,
doctorante en neurosciences, Faculté de médecine et CISA, UNIGE
samedi 2 novembre à 17h
Cette conférence précède l'adaptation de l'oeuvre "La fin de l'Homme rouge", qui a reçu le prix Nobel de littérature et a été écrit par une femme.
Dr Qiao-Tasserit sera également présente à la table ronde avec le metteur en scène à la fin de la pièce.


Des hommes et des femmes racontent la vie en ex-URSS, au temps où ils pouvaient encore croire à la grande utopie des petites gens qui deviendraient enfin quelque chose. Un tissage de sept confessions où se mêlent détails de la vie quotidienne et grande histoire, par une superbe distribution.DURÉE 1h45


Références:

  • Pinker, S. (2018). Enlightenment Now : The Case for Reason, Science, Humanism, and Progress. Penguin.

mercredi 2 octobre 2019

Ce qui a le plus fort impact sur l'empreinte carbone et les recommandations les plus fréquentes…

L'attachement au développement durable inscrit dans la loi

Partout des voix jeunes et moins jeunes s'élèvent pour demander des changements, pour protéger un environnement favorable. Dans un courrier du 26 septembre la présidente du département de l'instruction publique à Genève, Anne Emery-Torracinta, souligne " toute l'importance que le département accorde aux enjeux du développement durable et au rôle que l'école doit jouer en la matière."
La loi sur l'instruction publique (article 10) en fait même une des finalités de l'école, puisqu'il s'agit de "rendre chaque élève progressivement conscient de son appartenance au monde qui l'entoure, en éveillant en lui le respect d'autrui, la tolérance à la différence, l'esprit de solidarité et de coopération et l'attachement aux objectifs du développement durable".
Plus d'informations sur l'action du DIP en vue du développement durable (DIP21) : https://edu.ge.ch/site/edd

Quels changements auraient le plus d'impact sur le climat ?

S'il est délicat de prescrire les comportements individuels, et si inciter à des choix politiques n'est pas du ressort des cours de science, la question de ce qui serait plus ou moins efficace comme changements de comportements individuels pour informer les citoyens en devenir est une question scientifique.
Plutôt que chercher des responsables dans le passé, dans une perspective tournée vers les actions possibles de chacun pour le futur, des recherches récentes apportent des réponses qui peuvent aider chacun à décider ce qu'il veut faire - ou non.

Dans le même registre Jump-To-Science avait présenté en février une recherche sur les impacts carbone des modes de production de nourriture

Dans une News de la revue Science, Sid Perkins ( 2017) résume une analyse dans  Environmental Research Letters par Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017). Pour pour déterminer si les actions recommandées sont celles qui pourraient avoir le plus d'impacts sur le bilan carbone,  ils ont comparé les recommandations dans les ouvrages éducatifs et gouvernementaux (au Canada) avec les changements  de mode de vie qu'un individu pourraient faire pour réduire sa contribution aux émissions Carbone
The best way to reduce your carbon footprint is one                the government isn't telling you about,,By Sid PerkinsJul.                11, 2017 , 4:30 PM
Fig 1: Ce qui a une forte influence sur l'empreinte carbone ne figure pas souvent  dans les recommandations de nombreux ouvrages scolaires  [img]. Source : Perkins, S. (2017).
Il s'avère que les mesures les plus efficaces ne sont pas souvent mentionnées, et que celles qui sont largement promues ont relativement peu d'effet.  Le titre le dit bien " The climate mitigation gap: education and government recommendations miss the most effective individual actions"
Recycler et utiliser les transports en commun sont très bien si vous voulez réduire votre empreinte carbone, mais ce ne sont pas ces efforts-là qui font le plus de différence ! dit Sid Perkins.
encourage le lecteur à aller vérifier dans l'article d'origine :  ici

Fig 2: La longueur des barres représente la fréquence des recommandations dans des ouvrages éducatifs (Canada), la couleur présente les actions qui ont le plus d'impact par catégorie. De haut en bas, vert = impact élevé, bleu = impact  modéré, jaune = impact faible. Gris = action politique qui n'a pas été quantifiée.  [img]. Source : Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017)

De nombreuses action couramment préconisées, telles que réduire les emballages ou échanger des ampoules à incandescence contre des LED, n'ont qu'un impact modéré (voir le tableau ci-dessous), rapporte l'équipe de  Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017).
encourage le lecteur à aller vérifier dans l'article d'origine :  ici

Ils mettent en évidence quatre choix de vie qui peuvent avoir un impact majeur: devenir végétarien, renoncer aux voyages aériens, laisser tomber sa voiture et, plus important encore, avoir moins d'enfants.
Ce sont des choix que chacun n'est pas prêt à faire... D'ailleurs le propos de l'article n'est pas d'imposer ce que chacun doit faire, mais de fournir des données qui peuvent guider les choix citoyens.

L'exposé des données a fait réagir !

L'énoncé des impacts dans les médias et la vulgarisation a suscité une forte réaction. En particulier cette infographie (cf. Fig. 2) produite par l'AFP à partir des données dans la Figure 1 de Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017) a suscité de nombreuses réactions outrées.


Fig 3: Les changements de comportement qui ont plus d'impact pour réduire l'empreinte carbone [img]. Source : AFP d'après [img] Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017)

Comparer des changements de comportements possibles...

De nombreuses personnes se sont indignés (cf ici) qu'on puisse comparer des appareils à un enfant -  ce qui n'est pas la comparaison que font les chercheurs : il comparent les effets sur la production  de carbone de divers changements de comportements  et les mettent en rapport avec les mesures proposées dans des livres et des recommandations proposées aux jeunes (au Canada - une sondage confirme que c'est le cas aussi en UE, aux USA, en Australie). 
encourage le lecteur à aller vérifier dans l'article d'origine :  ici

Distinguer une injonction et des données qui peuvent aider à  prendre des décisions

D'autres se  sont indignés qu'on ose inciter à avoir moins d'enfants, que la démographie ne doit pas être un prétexte pour blâmer les pays du tiers-monde ou certains groupes de population d'un problème causé par les plus aisés des pays riches ou qu'on se mêle de la vie privée des gens. C'est un débat important mais cet article n'aide pas à y répondre. 

Poser le problème en termes de culpabilité ou chercher ce qu'on peut faire ? 

D'autres ont mis en exergue un article du Matin (tiré du livre Vale, R., & Vale, B. (2009) suggérant qu'avoir un chien produirait plus de Carbone qu'un 4x4. Or Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017) ont écarté la question des animaux de compagnie car "Only two studies with conflicting results could be found for dog ownership" .

Ce qui est intéressant est implicite : désigner une autre cause - de préférence plus coupable - disculperait son propre comportement. 
Plutôt que chercher des responsables, dans une perspective de changements possible, et quelle que puisse être l'intention prescriptive possible des auteurs, on peut le prendre avec du recul ; et pas dans le sens de  ce que les gens doivent faire, ni à qui revient la faute. Avec un peu d'esprit critique, il donne des informations qui aident  de décider en connaissance de cause ce que nous voulons - dans nos pays riches - faire ou non.

Faut-il faire quelque chose ?

Aider à décider correspond à un des objectifs fondamentaux  de la science selon les plans d'étude : p.ex. le PER indique dans son commentaire général à propos des sciences qu' "elles visent […] à permettre aux élèves : […] d'identifier des questions, de développer progressivement la capacité de problématiser des situations, de mobiliser des outils et des démarches, de tirer des conclusions fondées sur des faits, notamment en vue de comprendre le monde naturel et de prendre des décisions à son propos, ainsi que de comprendre les changements qui sont apportés par l'activité humaine ;" CIIP. (2011). Plan d'études Romand. Romandie, Suisse: Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse Romande et du Tessin La mise en gras est de jump-To-Science. 

Aider à se faire une opinion, même si ce n'est pas la mienne …

Gageons que ces recherches feront réagir, et espérons que les élèves ne nous croiront pas, ne rejetteront pas mais iront vérifier dans l'article d'origine :  ici (Wynes, S., & Nicholas, K. A., 2017).  Ce serait une  attitude scientifique … Dans certains contextes scolaires on pourrait le leur donner et discuter les méthodes de calcul avec eux voire trouver des études plus récentes. La science avance  :-) 

Références:

  • CIIP. (2011). Plan d'études Romand. Romandie, Suisse: Conférence intercantonale de l'instruction publique de la Suisse Romande et du Tessin,.
  • Perkins, S. (2017). The best way to reduce your carbon footprint is one the government isn't telling you about.  Science News, 11 juillet 2019  | https://www.sciencemag.org/news/2017/07/best-way-reduce-your-carbon-footprint-one-government-isn-t-telling-you-about
  • Vale, R., & Vale, B. (2009). Time to Eat the Dog? : The Real Guide to Sustainable Living (1st Ed.). London: Thames and Hudson Ltd.
  • Wynes, S., & Nicholas, K. A. (2017). The climate mitigation gap : Education and government recommendations miss the most effective individual actions. Environmental Research Letters, 12(7), 074024. https://doi.org/10.1088/1748-9326/aa7541