samedi 5 janvier 2019

L'humanité numérique : Participer au changement de nos enseignements ou le subir ?

L'Humanité Numérique : comprendre avec ces conférences,

… et participer au changement de nos enseignements ou le subir ?



Alors que l'informatique est introduite dans l'enseignement secondaire d'abord comme discipline d'enseignement dès la rentrée 2019, puis intégrée dans toutes les disciplines le classique cycle de conférences convoque des spécialistes de l'UniGe sur le thème l'humanité numérique.


Cf Plus bas

Plusieurs chercheurs ont même proposé des articles spécialement  - ou nous en avons sélectionné - pour vous et les abonnés pourront accéder à ces articles.

Un moment particulièrement important ?

C'est un moment particulièrement important pour amorcer une réflexion sur les changements à apporter à l'enseignement. Dans la mesure où la biologie (et la chimie) ont été profondément transformées - on peut parler de changement de paradigme - la question de la place de la l'informatique dans les enseignements ne peut plus être écartée : on voit bien que le changement va se produire et il vaut peut-être mieux y participer que le subir ?

 

L'informatique au coeur de la biologie
La recherche en biologie a été profondément transformée au cours des dernière décennies par les nouvelles technologies qui génèrent de très grande quantité de données et donc par le traitement de ces données. Le paradigme moléculaire qui l'a portée jusqu'à la fin du siècle passé cède place à une biologie basée sur l'analyse de données abondantes. Ce qui justifie la publication n'est souvent plus la description, ni la partie description et technique mais l'analyse et la comparaison des données - avec celles notamment stockées dans des banques de données (ADN, protéines, structures 3D, expression des gènes etc.).
De la biologie virtuelle...? Non, mais au coeur de la recherche expérimentale !
Soulignons qu'il ne s'agit d'opposer du virtuel au réel ou à l'expérimental : l'expérimentation reste centrale dans la recherche, mais change de méthodes et d'outils. Les projets de recherche en biologie consistent toujours à poser les bonnes questions, à imaginer des expériences, puis à faire les expériences. Les expériences génèrent aujourd'hui de très grandes quantités de données (le séquençage par exemple). La recherche expérimentale aujourd'hui repose presque plus sur le choix des analyses informatiques et statistiques pour produire des savoirs nouveaux à partir de ce 'Big data' que sur les manipulations. Le traitement de ces données constitue souvent la plus-value centrale d'une publication scientifique.
Nécessaire pour former des citoyens capables de comprendre et décider
Beaucoup de ces projets de grande envergure sont vulgarisés et relayées dans les médias. On sait que les aspects les plus sensationnalistes voire des fake newssont les plus souvent relayées et qu'en conséquence les élèves et le public sont confrontés à des informations qui ont souvent perdu leur caractère scientifique.
Comprendre ce que ces recherches signifient et comment les mettre en perspective nécessite de comprendre les grandes lignes des méthodes bioinformatiques pour pouvoir en juger la portée et les limites. Ces savoirs et compétences ne sont pas inclus dans les programmes.

Des formations continues

Des formations continues ont été organisées depuis 2002 avec Marie-Claude Blatter du SIB, sur les usages possibles en classe, sur les preuves de l'évolution, sur la diversité humaine, sur la médecine personnalisée, sur la prédiciton de médicament et les rôles des protéines, sur les modèles 3D de structure authentique de protéines à imprimer -> il reste des places s'inscrire ici.

Qui aide les futurs citoyens à comprendre ces nouvelles approches qui transforment leur monde ?

Qui apprend à nos élèves ce que ces recherches signifient et comment les mettre en perspective en comprenant assez de ces méthodes pour en juger leur portée et leurs limites ?

Au moment de cette introduction de l'informatique dans les écoles, ne serait-ce pas le moment d'une vraie discussion de la place de la (bio)-informatique et du traitement critique de l'information sur les biosciences dans l'enseignement au secondaire ?

Serait-ce le moment de former un groupe pour y réfléchir ?
Quelques personnes se sont déjà manifestées - la DG-ESII voit d'un bon oeil cette initiative et ceux qui sont intéressés ou ont des idées à partager peuvent me contacter.

En tous cas ces conférences aideront à prendre la mesure de ce qui se passe Cf Plus bas et flyer en pièce jointe

Plusieurs chercheurs ont même proposédes articles spécialement ou nous en avons sélectionné et les abonnés pourront accéder à ces articles.

Un cycle de conférences, une opportunité magnifique de prendre du recul



Mercredi 9 janvier 2019 Quand l'informatique rencontre la biologie
Dre Frédérique Lisacek, SIB Institut Suisse de Bioinformatique et UNIGE Comparer des gènes, classifier des virus ou visualiser des macromolécules en trois dimensions est devenu impossible sans des supports et des traitements informatiques, désormais rassemblés sous la dénomination de «bioinformatique». Cette présentation illustrera la contribution de la bioinformatique dans la recherche contemporaine en biologie à travers des exemples de questions pratiquement résolues, telles que l'assemblage automatique d'un génome séquencé, et à résoudre, telles que la prédiction des interactions entre des cellules humaines et des pathogènes ciblés.
  • Masseroli, M., Mons, B., Bongcam-Rudloff, E., Ceri, S., Kel, A., Rechenmann, F., … Romano, P. (2014). Integrated Bio-Search: challenges and trends for the integration, search and comprehensive processing of biological information. BMC Bioinformatics, 15(1), S2. https://doi.org/10.1186/1471-2105-15-S1-S2 
(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles).
Mercredi 16 janvier 2019 Big data et intelligence artificielle en santé : espoirs et défis
Prof. Christian Lovis, Département de radiologie et d'informatique,
Faculté de médecine, UNIGE
La digitalisation est sans doute le phénomène marquant de ce début du 21e siècle. Tous les aspects du quotidien sont inexorablement soumis à devenir interactifs, connectés. Cette digitalisation a pour effet de produire une sorte d'image virtuelle et digitale de la société, de plus en plus précise, qu'on peut comparer à l'évolution des appareils de photos numériques. Sauf que là, il ne s'agit plus seulement d'une image, mais d'un modèle multidimensionnel digital de toute la société. La présentation abordera ce thème, sa genèse, les dangers et les espoirs de cette digitalisation. 
(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles).



Mercredi 23 janvier 2019 Médecine personnalisée : des exemples pour mieux comprendre
Prof. Vincent Zoete, SIB Institut Suisse de Bioinformatique
et Université de Lausanne
Dre Marie-Claude Blatter, SIB Institut Suisse de Bioinformatique et UNIGE Médecine personnalisée, médecine génomique, médecine de précision, qu'en- tend-on par-là? Nous aborderons cette question avec des exemples concrets, basés sur des analyses effectuées en oncologie dans les hôpitaux romands. Quel est le rôle des différents intervenants et notamment des biologistes et des bioinformaticiens? Pourquoi séquencer le matériel génétique des cellules tumorales? Comment interpréter ces données? Pourquoi faire de la modélisa- tion moléculaire? De quoi s'agit-il? Nous verrons ainsi comment les nouvelles technologies permettent de mieux cibler le traitement de certains cancers.

  • Bryce, A. H., Egan, J. B., Borad, M. J., Stewart, A. K., Nowakowski, G. S., Chanan-Khan, A., … McWilliams, R. R. (2017). Experience with precision genomics and tumor board, indicates frequent target identification, but barriers to delivery. Oncotarget, 8(16), 27145‑27154. https://doi.org/10.18632/oncotarget.16057
(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles).


Mercredi 30 janvier 2019 L'évolution génétique des humains sous la loupe du numérique
Prof. Alicia Sanchez-Mazas, Département de génétique et évolution,
Faculté des sciences, UNIGE
Tous les humains actuels font partie d'une même grande famille, l'espèce humaine, dont l'origine et l'évolution ne cessent de susciter notre curiosité. Si la structure détaillée de l'ADN est connue depuis plus d'un demi-siècle, c'est le passage à l'ère numérique qui a permis d'explorer en profondeur sa diversité et d'y déchiffrer les signatures de notre passé. Nous y découvrons une fascinante épopée humaine marquée de rencontres avec d'autres humains aujourd'hui disparus et de longs périples à travers la planète dans des environnements parfois extrêmes. Et aussi les clefs de nos différences.

  • La région génomique qui est au centre de nos recherches est le complexe majeur d'histocompatibilité humaine HLA. A la fois le plus polymorphe du génome humain et l'un des plus impliqués dans la réponse immunitaire et le rejet des greffes tissulaires, ce système est d'un grand intérêt non seulement pour l'étude de l'évolution humaine, mais aussi pour la compréhension des prédispositions ou résistances génétiques des populations à certaines maladies, et pour la recherche de donneurs de moelle osseuse ou d'organes compatibles avec des patients nécessitant une transplantation. Nos recherches sont donc aussi motivées par des questions de santé publique. Pour visionner la vidéo depuis le site TSR découverte
  • Sanchez-Mazas A., Černý V., Di D., Buhler S., Podgorná E., Chevallier E., Brunet L., Weber S., Kervaire B., Testi M., Andreani M., Tiercy JM., Villard J., Nunes JM. (2017) The HLA-B landscape of Africa: Signatures of pathogen-driven selection and molecular identification of candidate alleles to malaria protection. Mol Ecol. 2017; 26:6238-6252. https://doi.org/10.1111/mec.14
  • Buhler S., Nunes JM., Sanchez-Mazas A. (2016) HLA class I molecular variation and peptide-binding properties suggest a model of joint divergent asymmetric selection. Immunogenetics. 2016, vol. 68, no. 6-7, p. 401-416. DOI: 10.1007/s00251-016-0918-x http://archive-ouverte.unige.ch/unige:84711
  • Di D, Sanchez-Mazas A, Currat M. (2015) Computer simulation of human leukocyte antigen genes supports two main routes of colonization by human populations in East Asia. BMC Evolutionary Biology 2015, 15:240 doi:10.1186/s12862-015-0512-0 http://archive-ouverte.unige.ch/unige:77111 

(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles).


Mercredi 6 février 2019  L'informatique affective : comment votre ordinateur vous aime
Dr Guillaume Chanel, Département d'informatique,
Faculté des sciences, UNIGE
Nous avons tous ragé face à une machine qui ne réagissait pas comme atten- du. Cela est dû au fait que nos interactions avec ces objets sont très différentes des interactions humaines. Avoir des machines qui pourraient détecter nos émotions en se basant sur plusieurs indices (expressions faciales, ton de voix, rougissement des joues) nous permettrait probablement de communiquer plus naturellement avec elles. Mais si les machines pouvaient comprendre nos émotions, pourraient-elles mieux répondre à nos attentes? Pourraient-elles se joindre à nos relations sociales ou même les modifier?
  • Chanel, G., & Mühl, C. (2015). Connecting Brains and Bodies: Applying Physiological Computing to Support Social Interaction. Interacting with Computers, 27(5), 534‑550. https://doi.org/10.1093/iwc/iwv013 | archive-ouverte.unige
  • Kivikangas, J. M., Chanel, G., Cowley, B., Ekman, I., Salminen, M., Järvelä, S., & Ravaja, N. (2011). A review of the use of psychophysiological methods in game research. Journal of Gaming & Virtual Worlds, 3(3), 181‑199. | archive-ouverte.unige

lundi 31 décembre 2018

10 personnes qui ont compté en 2018 selon Nature

Un large éventail de personnes qui ont compté en 2018 selon Nature

La fameuse revue Nature a sélectionné 10 personnes qui ont compté en sciences en 2018, dans presque tous les domaines de la science, de tous les âges et pays et avec autant de femmes que d'hommes.
Jump-to-science : faites-vous plaisir de lire l'original et pas seulement la version transposée par la vulgarisation scientifique ou les médias.  On est souvent surpris de voir comment la richesse, la solidité de l'argumentation et les nuances et limites des conclusions sont perdues pour se résumer à une affirmation sensationnaliste présentée comme définitive. 
Ne me croyez pas … allez vérifier !

"Volume 564 Issue 7736One year. Ten stories.

As 2018 draws to a close, we once again select Nature's 10—ten people who made a difference in research this year. The cover design highlights advances in studies of atom-thick materials with unusual properties. The image represents two graphene sheets offset by a 'magic' angle, an arrangement that can behave as a superconductor in certain conditions. " Nature's 10
(Les membres Expériment@l-Tremplins peuvent obtenir ces articles si vous êtes enseignant de sciences genevois vous pouvez le devenir)

 

Références:

mardi 11 décembre 2018

Optimiser le régime pour la santé, la performance, par le jeûne, avec le microbiote… Review dans Science

Pourquoi est-ce si difficile de se faire une opinion à propos des régimes et de l'alimentation ?

Cover image expansion
S'il y a un débat où il est difficile de se faire une opinion, où les modes se succèdent, où les tenants de chaque nouveau régime ou approche revendiquent tous un fondement scientifique, c'est bien la diététique !
Comme les plans d'étude attribuent à l'enseignement des sciences le rôle d'aider à comprendre, expliquer et participer aux décisions on comprend la difficulté des enseignants à synthétiser ce domaine mouvant afin de préparer leurs cours, guider les élèves et répondre aux questions.
Fig 1 à droite :  [img] PHOTO: SCOTT SUCHMAN; STYLING: NICHOLE BRYANT
Une des difficultés tient à la nature des  savoirs scientifiques, des affirmations qui annoncent leurs limites, qualifient leurs degrés de certitude. Traduire cela en recommandations et en prescriptions, en régimes ou en choix personnels, c'est inévitablement perdre cette qualité scientifique pour tomber dans une certitude : je fais  ce régime ou je fais un autre.  Au risque que cette décision soit remise en question avec le progrès de la recherche...
C'est sans doute ce qui justifie la formulation des plans d'étude : il s'agit d'aider à décider, à distinguer ce qui est bien établi de ce qui fait débat, de prendre en compte ces résultats pour décider - en se souvenant sur quelles bases on a décidé et se préparer à réviser dans le futur. 
Que sait-on vraiment sur les effets sur la santé et l'indice de masse corporelle de ces régimes. Alors que de tous bords on entend que c'est "scientifiquement prouvé que…" (Pour ma part dès que je lis ça j'en déduis que ce qui va suivre n'est pas très rigoureux…)
Quatre Reviews dans la revue Science font le point sur ce qui est plutôt bien établi par un consensus et de nombreuses recherches avec leurs nuances et ce qui ne l'est pas et fait encore débat.

Optimiser le régime pour la santé, la performance, par le jeûne, avec le microbiote…

Maximum performance or            maximized health benefits require a nutritious mix of foods in            the diet.Ce dossier comprend quatre Review :
  • Ludwig, D. S. et al. (2018) nomment leur article : Dietary fat: From foe to friend?  (les graisses: ami ou ennemi ?) Jusqu'à récemment les graisses étaient l'ennemi de la santé et d'une silhouette favorable. On a distingué ensuite des types de graisses (saturées, insaturées, Oméga-3, etc.). Certains proposent maintenant de réduire les glucides massivement au profit de lipides, (régime cétogène). Ces scientifiques spécialisés dans divers domaines de la nutrition synthétisent  les données existantes afin d'identifier les points sur lesquels un large consensus s'est dégagé et ceux sur lesquels des controverses persistent concernant les macronutriments et les maladies chroniques.
    Fig 2: A droite  [img]. Source :PHOTO: SCOTT SUCHMAN; STYLING: NICHOLE BRYANT
  • Francesco, A. D., et al.(2018) font le point sur les effets du jeûne en fonction de sa durée, de son type ( restriction calorique, restriction temporelle de l'alimentation, régimes similaires au jeûne, …) de sa périodicité  , du type de personnes et de leur régime.
  • Gentile, et al  (2018) examinent les effets du régime alimentaire sur le microbiote; Le régime alimentaire est inextricablement lié à l'obésité, le diabète type 2, et les maladies cardio-vasculaires, mais ce que nous mangeons nourrit aussi ces innombrables hôtes de notre tube digestif qui transforment et modifient ce qui sera absorbé. Le microbiote est de plus en plus vu comme un acteur incontournable qui sous-tend uen large part des effets du régime sur la santé et la maladie.
  • Burke, L. M., et al. (2018) dissèquent les approches nutritionnelles pour une performance optimale, mettant en évidence la contribution de la science sportive moderne aux médailles d'or et aux titres mondiaux. En dépit d'une croyance durable en un «régime athlétique» unique et supérieur, ils mettent en évidence la diversité des pratiques de nutrition sportive chez les athlètes performants en rapport avec la spécificité des demandes métaboliques de différents sports et du calendrier des objectifs d'entraînement et de compétition. Les controverse et désaccords parmi les experts en nutrition sportive reflètent la diversité des besoins selon les domaines et les différences dans les pratiques des athlètes. 

Alors ce sont maintenant les glucides qui sont l'ennemi de la santé et de la ligne, et les lipides les alliés ?

Quelques extraits du review par Ludwig, et al. (2018).  Depuis longtemps les conseils diététiques étaient fondés sur le principe que des apports élevés en lipides seraient la cause de l'obésité, du diabète, des maladies cardiaques et peut-être du cancer. Récemment, les preuves des effets néfastes sur le métabolisme des glucides transformés ont suscité un regain d'intérêt pour des régimes à faible teneur en glucides et à haute teneur en matières grasses ou cétogènes - un type  de régime alimentaire pauvre en glucides où les lipides fournissent typiquement ≥ 70% de l'énergie. Cependant, certains chercheurs font valoir que la quantité relative de graisses et d'hydrates de carbone alimentaires a peu d'importance pour la santé et que ce qui importe ce sont les sources de graisse ou d'hydrates de carbone qui sont consommées.

Les auteurs font le point sur les limites et potentiels  des régimes cétogènes, leur adéquation à certains types de personnes.

Ils discutent ensuite ce qu'on sait sur la nature des graisses consommées (acides gras poly- ou mono-insaturés, saturés, trans-, etc) et les effets sur l'obésité et le diabète, le cancer, etc.

Jump to science vous encourage à consulter l'article d'origine Ludwig, et al. (2018).

Pour vous donner envie, voici quelques extraits
une image vaut mille mots ... mais peut          être interprétée de mille manières
Fig 1: Variation de la mortalité associée aux types d'acides gras : un incrément de 2% de trans est associé à une augmentation de la mortalité de 20% [img]. Source :

Consensus et controverses

L'article relève ce qui fait encore débat (les effets des ratio glucides/lipides dans divers cas d'apports énergétiques et de masse corporelle,  leur effet à long terme, leur influence en fonction de facteurs génétiques et phénotypiques, l'observance (respect effectif du régime), les effets environnementaux). Cf Box1
Ils résument en un tableau (Box2 ) ce qui fait consensus. Il y a consensus sur le fait que les acides gras trans sont néfastes. Ceux issus de transformations industrielles pour donner des propriétés intéressantes (solidité à température ambiante, longue conservation) comme les margarines ont montré "dans de multiples études à grande échelle leur association directe au risque de maladie coronarienne et d'autres maladies chroniques." Ludwig, et al. (2018) notre traduction. 
Points de consensus (extraits) .

1. En mettant l'accent sur la qualité des éléments nutritifs, il est possible de parvenir à une bonne santé et à un faible risque de maladies chroniques pour de nombreuses personnes qui suivent un régime avec un large éventail de ratios glucides-lipides.

2. Le remplacement des graisses saturées par des graisses insaturées d'origine naturelle est bénéfique pour la santé de la population en général. Les gras trans d'origine industrielle sont nocifs et devraient être éliminés. Le métabolisme des graisses saturées peut varier selon le régime alimentaire pauvre en glucides, une question qui nécessite encore des recherches.

3. Le remplacement des glucides hautement transformés (y compris les céréales raffinées, les produits à base de pommes de terre et les sucres libres) par des glucides non transformés (légumes sans légumineuses, fruits entiers, légumineuses et céréales complètes ou peu transformées) est bénéfique pour la santé.

4. Les facteurs biologiques semblent influer sur les réponses aux régimes alimentaires de différentes compositions en macronutriments. Les personnes ayant une sensibilité à l'insuline et une fonction des cellules β relativement normales peuvent bien se nourrir avec des régimes comportant un large éventail de ratios glucides-lipides; ceux qui ont une résistance à l'insuline, une hypersécrétion d'insuline ou une intolérance au glucose peuvent bénéficier d'un régime alimentaire pauvre en glucides et en gras.

5. Un régime cétogène peut conférer des avantages métaboliques particuliers à certaines personnes présentant un métabolisme anormal des glucides, cela devrait être confirmé par une étude à long terme.

6. Des régimes bien composés, faibles en glucides et riches en graisses, ne nécessitent pas de fortes consommations de protéines ou de produits d'origine animale. Il est possible de réduire la consommation de glucides en remplaçant les céréales, les féculents et les sucres par des huiles végétales non hydrogénées, des noix, des graines, des avocats et d'autres produits végétaux riches en graisses.

Et le microbiote ? 

Gentile, C. L., & Weir, T. L. (2018) discutent comment les nutriments ingérés sont essentiels non seulement pour la santé humaine, mais également pour la santé et la survie des milliers de milliards (ils disent trillons) de microbes présents dans les intestins. L'alimentation est un élément clé de la relation entre l'homme et ses résidents microbiens. Les microbes intestinaux utilisent les nutriments ingérés pour leurs processus biologiques fondamentaux, et les métabolites de ces processus peuvent avoir des effets importants sur la physiologie humaine. Des études chez l'homme et des modèles animaux commencent à révéler les fondements de cette relation, et de plus en plus d'indices suggèrent qu'elle pourrait sous-tendre certains des effets plus importants de l'alimentation sur la santé et la maladie humaines.

Jump-to-science encourage le lecteur à consulter le  Special Issue Diet and Health : optimizing metabolism

Références:

lundi 26 novembre 2018

Film : un tsunami sur le léman !

Les auteurs avaient sélectionné pour les membres Expériment@l-Tremplins quelques articles (lors d'une conférence en 2016 : La Terre, une planète à risques).  Pour vous préparer à cette projection du 13 novembre, pour approfondir après, .... ou si vous ne pouvez pas venir.

C'est Jump-to-Science : on ne simplifie pas pour vous, car vous êtes des spécialistes de la transpositions pour les élèves; on vous aide à remonter à l'authentique article, là où la science se fait.


Projection du film un Tsunami sur le lac Léman
Chères collaboratrices, chers collaborateurs,
Chères étudiantes, chers étudiants,
Un tsunami sur le lac Léman… impossible! Vraiment? Une recherche scientifique de l'Université de Genève confirme pourtant la survenue d'un tsunami au VIe siècle de notre ère et envisage qu'il pourrait se reproduire. Que s'est-il passé ce jour-là? Quelle chaine d'événements a mené à la catastrophe? Ce film mène l'enquête auprès d'historiens, d'archéologues, de géologues et de physiciens. Grâce à eux, la légende est devenue un fait scientifique.
L'Université de Genève a le plaisir de vous inviter à une projection privée du film «Un tsunami sur le lac Léman», un documentaire qui met en valeur le travail de ses chercheuses et chercheurs sur le lac.
Celle-ci aura lieu
le mardi 13 novembre à 18h,
en salle U600 au sous-sol d'Uni Dufour.
La projection sera suivie d'un moment d'échange avec l'équipe du film, modéré par Jérôme Lacour, doyen de la Faculté des sciences.
Pour des questions d'organisation, inscrivez-vous sans plus attendre.
Au plaisir de vous retrouver lors de cette projection,
L'équipe d'organisation
Equipe du film:
la Section des sciences de la Terre et de l'environnement de la Faculté des sciences et de l'Institut des Sciences de l'Environnement:
Stéphanie Girardclos, maître d'enseignement et de recherche
Guy Simpson, maître d'enseignement et de recherche
Mario Sartori, chargé de cours
Frédéric Arlaud, technicien électromécanicien
Katrina Kremer, ancienne doctorante
Pierre Corboud, ancien collaborateur scientifique
Laurent Graenicher, auteur et réalisateur du film
Pierre-Yves Frei, auteur du film


Café scientifique : Enfants HP, précoces, surdoués... un effet de mode?

Les cafés scientifiques organisés par Bancs Publics dans l'écrin magnifique du musée d'histoire des sciences confrontera plusieurs spécialistes et permettront de se faire une opinion

Voir l'invitation plus bas

Des élèves doués à problème, qui n'ont qu'à se débrouiller ou à particularités méritant un soutien ?

 
Les enseignants sont souvent tiraillés entre une vision positive des élèves à haut potentiel intellectuel (HPI)  (parce qu'ils comprennent souvent plus vite, imaginent parfois facilement, vont au fond des questions, …) et une vision plus négative (parce qu'ils voient dans les cours des complexités qu'on préfèrerait éviter, parce qu'ils posent des questions qui peuvent déstabiliser, parce qu'ils sont parfois très sensibles, parce qu'on estime qu'il faut plutôt s'occuper de  ceux qui sont en difficulté, …).
Serge Martin, directeur pédagogique de l'enseignement obligatoire vaudois, ne cache ainsi pas ses réserves à l'idée d'une focalisation sur les élèves surdoués. «Mon objectif est d'amener tous les élèves au niveau le plus élevé possible. Je suis réticent à décliner les élèves en catégories toujours plus variées, car si l'enseignement se consacre de manière privilégiée à un groupe particulier, n'est-ce pas au détriment des autres? Je crains qu'à force de creuser le sillon de la différence on ne peine à admettre un cadre de fonctionnement qui doit être égalitaire. Nos ressources doivent être mises à la disposition de tous. Je suis davantage préoccupé par les élèves en difficulté. Comment faire pour que les enfants qui proviennent d'un milieu social défavorisé ne se retrouvent pas dans les filières les moins exigeantes? Ce sont les vrais enjeux de l'école.» Le Temps 12 Juillet 2010 Intranet.pdf
Au DIP à Genève les enfants HPI sont maintenant considérés comme des élèves à besoins spécifiques parmi d'autres . "La prise en considération des besoins des élèves ayant un trouble, une déficience, une maladie invalidante ou un handicap s'inscrit dans une réflexion plus large, celle de l'École inclusive qui se trouve aujourd'hui au centre des priorités du département de l'instruction publique, de la culture et du sport (DIP)." Cap-intégration
Ainsi les  enfants à haut potentiel intellectuel (HPI)  "se différencient par leur profil de développement et par leur personnalité. Prendre en compte cette diversité sur les plans pédagogiques et éducatifs implique tout d'abord de bien connaître et de comprendre chaque enfant en particulier, afin de développer une attitude ouverte et positive à leur égard."  Cap-intégration
Cette transformation du regard porté par l'école sur ceux qui sont différents et les aménagements qu'on leur accorde peut parfois bousculer des visions morales sur ce que l'intégration signifie et la vision de la différence comme un problème ou une richesse, et finalement le rôle de l'école... entre une vision où l'on tente d'aider ceux qui sont différents à rejoindre la norme pour mieux s'intégrer dans une société et un marché de l'emploi peu tolérant, et une vision qui cultive ces différences pour leur créativité, leur rôle stimulant pour l'art, la culture, l'évolution de la société. 

Les cafés scientifiques organisés par Bancs Publics dans l'écrin magnifique du musée d'histoire des sciences confrontera plusieurs spécialistes et permettront de se faire une opinion
Pour approfondir, préparer voici quelques références :

Bancs Publics
Enfants HP, précoces, surdoués... un effet de mode?
Lundi 26 novembre 2018 à 18h30 
Ils ont la particularité de très bien réussir le test de quotient intellectuel (QI) et représentent entre 2 et 5 % de la population. On les a appelé précoces ou surdoués. On préfère aujourd'hui les qualifier d'enfants à « haut potentiel intellectuel » tant les autres dénominations génèrent des confusions et échouent à rendre compte de leur particularité. Ce « don », s'il est indéniablement un avantage, n'est pas forcément synonyme de réussite ou de confort. Certains de ces enfants, et les adultes qu'ils vont devenir, peinent à trouver leur place dans un monde qui ne les comprend pas toujours. D'autres ont de la peine à intégrer les normes sociales. D'autres encore semblent avoir simplement des difficultés à gérer ce cerveau qui « tourne en permanence à plein régime ».

Alors comment aider ces enfants, ou adultes, lorsque cela s'avère nécessaire ? Comment l'école peut prendre en compte leur spécificité ? Comment vivent-ils l'adolescence, période critique ou leur particularité peut vite devenir un outil d'ostracisation ? Pourquoi en parle–t-on tant aujourd'hui ?

Ces questions ou d'autres vous intéressent ? Venez en discuter avec des spécialistes des domaines concernés.
Avec la participation de :
Luigi Marra 
Journaliste et producteur de « Dans la tête de… », Radio Télévision Suisse

Maja Perret-Catipovic 
Directrice médico-psychologique, Office médico-pédagogique, Département de l'instruction publique, Genève

Roberta Poulin 
(ex)Présidente de l'Association suisse pour les enfants HP, Co-auteure de « 100 idées pour accompagner les enfants à haut potentiel »

Bancs PublicsPascale Roux 
Psychologue FSP, spécialisée dans l'identification et le coaching de personnes ayant un « haut potentiel », Genève et Nyon
Animation:
Gilles Hernot
Musée d'histoire des sciences, Genève


Bancs PublicsAu musée d''histoire des sciences
Villa Bartoloni
128 rue de Lausanne
1202 Genève
Transports publics:
TPG Tram 15 arrêt Butini / Bus 1 et 25 arrêt Sécheron
Mouettes Genevoises: ligne M3 Débarcadère de la Perle du Lac
Parking adjacent
Tél +41 (0)22 418 50 60
mhs@ville-ge.ch
bancspublics.ch
ENTRÉE LIBRE
Bancs Publics




Références:

La plateforme  Expériment@-Tremplinsl  offre aux membres l'accès à plusieurs de ces articles
Comment  Obtenir un article mentionné

François Lombard, chargé de projet Expériment@l bientôt Jump-to-Science

Faculté des Sciences UniGE Avec le soutien de la Fondation Boninchi, de l'IUFE et de la DGES II

Qu'est-ce que Expériment@l-Tremplins ? …bientôt Jump-to-Science

En complément du :

Physiscope du 
Chimiscope  du Bioscope du mathscope et de l'
Expériment@l-Tremplins est une publication Faculté des Sciences de l'Université de Genève destinée aux enseignants de sciences associée au Bioscope .
Avec le soutien de la Fondation Boninchi, de l'IUFE et de la DGES II

Voir aussi  BiOutilsbioutils_logo, pour des kits d'expériences et le Stellarium du Gornergrat  gornergrat-logo